[Alliance] Tiberius Cleyam

Aller en bas

[Alliance] Tiberius Cleyam

Message  Cleyam le Mer 08 Aoû 2018, 16:54

[Alliance] Cleyam Tiberius





  • Prénom: Tiberius
  • Nom: Cleyam
  • Classe ou Métier : Agent du SI:7
  • Sexe : Masculin
  • Guilde ou Organisation : SI:7 / Alliance / Kul Tiras
  • Lieu de naissance: 8 Mars -3 PT
  • Age: 41 ans
  • Race: Humain ( Kul Tiras )

Description Physique
Imposant par sa taille et par sa stature, Tiberius n'est pourtant pas homme à mettre en avant sa force physique. Un peu maniéré, restes d'une éducation bourgeoise, et ancré dans des réflexes militaires de longue date, ses mouvements semblent le plus souvent mesurés et soigneusement réfléchis.

Ses cheveux comme sa barbe fournie sont d'un brun foncé parsemé de gris, notamment au niveau des tempes. Parfaitement coiffés et taillés, ils encadrent un visage buriné, habitué de la vie en extérieure et des affres de la guerre. Son regard bleu-gris exprime une certaine bonté, mais n'en reste pas moins perçant, surplombant des poches sous les yeux marquées, signe d'une vie chargée.

Son nez, légèrement asymétrique et à l'arête bien marquée, semble un héritage de plus d'une vie marquée par la violence. Sa bouche, quant à elle, est en bonne partie mangée par sa barbe, mais reste expressive. A première vue, il semblerait qu'il ait encore toutes ses dents.
Actuellement
Au 08/08/38, l'Agent Cleyam aide au recensement des victimes du Siège de Lordaeron, et va dans les familles pour annoncer les décès à leur proches.
Résumé de son histoire


Agent du SI:7 originaire de Kul Tiras, le Sergent Tiberius Cleyam se bat pour l'Alliance depuis plus de 20 ans, avec d'excellents états de service dans la flotte de l'Amirauté, puis dans l'Alliance des Sept Royaume, et enfin au sein de l'Alliance actuelle. Ancien habitant de Theramore, où ses proches sont morts, il se dédie considérablement à son travail au sein de l'Intelligence Militaire de l'Alliance.
Note Hrp


Dernière édition par Cleyam le Jeu 09 Aoû 2018, 19:02, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Alliance] Tiberius Cleyam

Message  Cleyam le Mer 08 Aoû 2018, 16:58

En l’an 1197 de l’ancien calendrier de l’Amirauté de Kul Tiras, soit 3 ans avant l’Ouverture de la Porte des Ténèbres, Tiberius Cleyam voit le jour dans la Vallée Chantorage, plus exactement dans la ville de Brennadam. Fils aîné d’une fratrie à laquelle s’ajouteront ensuite un garçon et deux filles, il est très vite destiné à prendre la suite de son père, fondateur et propriétaire d’une société navale fleurissante, spécialisée dans le transport de marchandises. Profitant d’une éducation complète, permise par le train de vie bourgeois de la famille, il est initié à la lecture et à l’écriture du langage humain commun, aux mathématiques, à l’Histoire et à la géographie, ainsi qu’aux sciences navales. Durant son temps libre, il aime à jouer près de la rivière, et apprend rapidement à nager, comme tout kul tirassien qui se respecte. Il développe rapidement un amour profond de l’océan et de la navigation, et tout porte à croire qu’il accomplira sans rechigner le souhait de son père pour son avenir.

A l’âge de 8 ans, il devient moussaillon sur l’un des navires de son père, avec l’accord de ce dernier. Il a pour ambition d’apprendre au plus vite la vie de marin, et d’assouvir ainsi son désir de découvrir l’océan. Il embarque ainsi pour la première fois sur « Le Crocilisque » cinq ans après l’Ouverture de la Porte des Ténèbres, pendant une période charnière où l’Alliance des Sept Royaumes est en pleine création, et où la Horde n’a pas encore fait marche vers le Royaume de Lordaeron. Il découvre le monde pendant une petite année, faisant escale dans les principaux ports de Kul Tiras, Gilnéas, Loardaeron et, à une occasion, de Quel’Thalas. Toutefois, Suite à la Bataille des Contreforts d’Hautebrande et à l’éclatement de la Deuxième Guerre, il est rappelé par son père à Brennadam, pour éviter d’être mis en danger sur des mers infestées de cuirassés gobelins et d’autres navires réquisitionnés par les orcs et les ogres.

Il restera en sureté à Kul Tiras jusqu’à la fin de la guerre, complétant ainsi son éducation, tout en s’émerveillant des récits de guerre rapportés par les soldats de l’Amirauté pendant leurs permissions. Pressé à l’idée de reprendre la mer, il sera frustré lorsque son père lui refusera la permission, prétextant que cela serait trop dangereux, et qu’il n’avait plus de temps à perdre avec la navigation, jugeant plus utile de l’initier aux finances de sa société et aux manières de la bonne société, afin de lui trouver un bon parti. Tiberius commence à développer un tempérament plus fougueux, en entrant dans l’adolescence et, bien que se débrouillant à merveille dans les bals et banquets, ou aux cotés de son père dans la gestion des affaires, il rêve toujours de retrouver la liberté de ses jeunes années sur les flots.

Bien que n’étant pas particulièrement porté sur les arts de la guerre, il trouve à 15 ans une nouvelle occasion d’échapper à sa vie programmée, en demandant au paternel la permission de réaliser son service militaire, comme bon nombre de jeunes gens de bonne famille du royaume insulaire. Il en obtiendra la permission, bien qu’à contrecœur, après des semaines passées à déployer des trésors de persuasion. Il était en effet bien vu de servir l’Amirauté et de prouver sa loyauté au seigneur local, pour espérer améliorer sa position dans la société, et la guerre contre la Horde s’était achevé plusieurs années auparavant, rendant les risques bien moindre qu’à l’époque.

Il parvint ainsi à entrer à l’Académie navale de Boralus, où il reçut un complément d’éducation non négligeable dans la stratégie militaire et navale, ainsi qu’au maniement des armes et à la discipline militaire. Il s’intégra très rapidement à ce nouveau milieu, à la fois familier par sa rigueur lui rappelant la vie de famille stricte de ses jeunes années, et dépaysant par bien des aspects, à commencer par son statut tout en bas de l’échelle hiérarchique. Ce dernier point n’était pas pour lui déplaire, le jeune homme n’ayant jamais possédé l’ambition de son père pour les hautes sphères sociales, et le contrôle procuré par celles-ci sur la vie d’autrui. Il devint ainsi un bon élève, et fut en une année jugé apte au service en tant que sous-officier sur un navire de guerre.

Devant ses notes remarquables, sa motivation, et la bonne réputation qu’il était en train de forger pour la famille, le père de Tiberius le laissa continuer à évoluer dans la flotte de l’Amirauté, d’autant qu’en parallèle, son frère puîné semblait développer une attitude bien plus propice à la gestion des affaires, ce qui le rassurait quant à la pérennité de la société familiale. Le jeune homme continue donc d’arpenter les mers jusqu’à ses 21 ans, en faisant principalement ses armes contre des navires pirates ou des créatures marines. Il voyage ainsi sur presque toutes les côtes des Royaumes de l’Est et des Mers du Sud, entrant dans l’âge adulte en tant qu’homme grand et imposant, bretteur de grande qualité et tireur compétent. Il a alors pour ambition de poursuivre sa carrière pour de bon dans la marine, animé par un sens du devoir envers l’Amirauté et l’Alliance qu’il s’est découvert au fil des ans.

Il connaitra ses véritables premières escarmouches avec la Horde lors du renouveau de cette dernière, à l’initiative du jeune orc Thrall, ayant organisé le démantèlement des camps d’internement qui servaient jusqu’alors à garder à l’œil les vaincus de la précédente guerre. Elevé dans la haine de ces monstres ayant brisé de nombreuses familles de Kul Tiras, il participa volontiers aux tentatives infructueuses de l’Alliance de contenir cette nouvelle menace, vouée à fracturer l’union entre les sept royaumes. Navré de voir cet idéal voler en éclat, il redoubla d’ardeur à la tâche, se portant volontaire pour la grande majorité des missions visant à traquer les déplacements de la Horde. Bien que davantage à l’aise sur le pont d’un navire, il prouva sa valeur au sein des services de renseignement de l’Alliance, arpentant le nord du continent à la recherche de la moindre piste sur les tenants et les aboutissants de l’ennemi juré de l’Humanité.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Alliance] Tiberius Cleyam

Message  Cleyam le Mer 08 Aoû 2018, 16:59

C’est dans ce contexte qu’il se retrouve, alors âgé de 23 ans, à arpenter l’arrière-pays des provinces de Loarderon, 20 ans après l’Ouverture de la Porte des Ténèbres, tandis que s’annonce la Troisième Guerre avec l’apparition du Fléau mort-vivant. Comme bon nombre des survivants de cette sombre époque, il ne gardera que des souvenirs confus des mois qui suivirent l’apparition de la Peste, survivant tant bien que mal en perdant ses compagnons et bon nombre d’innocents pour les voir se relever et essayer de mettre fin à ses jours. Dans un tel chaos, impossible de démêler le vrai du faux parmi les rumeurs circulant entre les survivants paniqués, de savoir quel royaume tenait encore face à la menace, si seulement il en restait un seul. Le seul espoir de Tiberius était d’essayer de rejoindre la côte, et d’y trouver une embarcation qui lui permettrait de rejoindre sa patrie, en priant la Lumière pour que sa famille y soit saine et sauve.

Aujourd’hui encore, il bénit le jour où, en arrivant sur les côtes, il parvint de justesse à rejoindre les derniers rescapés embarquant à bord de la flotte commanditée par Dame Jaina Portvaillant pour faire voile vers l’ouest et les terres mythiques de Kalimdor. Bien que regrettant de ne pouvoir se rendre à Kul Tiras pour s’enquérir du bien être de sa famille, Tiberius fut extrêmement soulagé de revenir à une vie normale à ses yeux, au sein d’une flotte militaire, qui plus est sous les ordres de la fille de l’Amiral, après de nombreuses semaines passées dans l’enfer des Malterres. De toute manière, si une magicienne de renom, sa suzeraine de surcroit, jugeait que le salut de l’Alliance, si ce n’est de l’Humanité toute entière, se trouvait à l’ouest, quel genre d’homme serait-il s’il ne faisait pas tout son possible pour voir cette opération menée à bien ?

Il fut accepté avec joie au sein de l’armée de fortune en train d’être réorganisée par les officiers de cette flotte de rescapés, mettant à profit sa connaissance de l’Histoire et de la cartographie pour aider à orienter les navires dans leur hasardeux périple. Il en profita également pour reprendre des forces, et pour s’enquérir des événements récents, aprennant ainsi les dernières nouvelles, sur la trahison du prince Ménéthil, sur la chute de Lordaeron, Quel’Thalas et Dalaran, et sur les plans de Dame Portvaillant quant à leur expédition. Lors des très nombreux événements qui suivirent, une fois arrivés en Kalimdor, il se rendit notamment utile en faisant partie des équipes de reconnaissance qui explorèrent le continent, découvrant tour à tour la Horde, elle aussi émigré récemment, puis les elfes de la nuit et, finalement, les démons. Au cours de la Troisième Guerre, Tiberius eut son lot de combats avec des démons, mais ne fut pas présent en personne lors de la bataille du Mont Hyjal, ce qui explique sans doute sa survie à ces événements tragiques.

Laissé avec l’arrière-garde au point de débarquement, il participera surtout à la construction de la cité de Theramore, une fois les affrontements terminés, envisageant de s’y installer pour continuer de servir Dame Portvaillant, à qui ils devaient sans nul doute tous la vie pour avoir suivi les conseils du Prophète. Il n’eut plus guère le choix après les événements de la Fondation d’Orgrimmar, qui menèrent à la mort de l’Amiral Daelin Portvaillant, venu secourir sa fille des orcs avec lesquels elle avait pourtant établi une trêve. Partageant le deuil et la honte de leur dirigeante, les habitants originaires de Kul Tiras comprirent bien qu’ils ne seraient plus les bienvenus sur les terres de l’Amirauté, et furent contraints de se résigner à vivre dans leur nouveau foyer.

S’installant bel et bien au sein de cette tête de pont de l’Alliance en Kalimdor, Tiberius ne tarda pas à recevoir une missive de ses proches, lui annonçant qu’il avait été déshérité, et déchu de ses rangs au sein de la flotte. Bien qu’il ait craint un tel dénouement, cela n’en resta pas moins un coup dur. Toutes les lettres qu’il envoya par la suite, dans l’espoir de recevoir des nouvelles de sa famille, demeurèrent sans réponse. La brutalité de ce rejet par les siens poussa le jeune homme à s’impliquer de tout son cœur dans la nouvelle Alliance naissante, dernier réel foyer auquel se raccrocher après avoir perdu famille et patrie. Durant les années qui suivirent la Troisième Guerre, il fut mis au service des émissaires envoyés à Hurlevent par Dame Portvaillant pour discuter avec le Roi Wrynn d’une trêve entre la Horde et l’Alliance, ce qui lui permit de se faire des relations à la capitale.

Quand ses services ne furent plus nécessaires auprès du corps diplomatique, il fut contacté par les services de renseignement de l’Alliance, ayant eu vent de ses capacités diverses. Bien que n’étant pas particulièrement enjoué à l’idée de devenir un espion, il reconnut là une occasion de servir l’Alliance de façon tangible, sans doute plus bien plus qu’en restant un simple soldat. Il ne manqua pas non plus de noter qu’il s’agissait là d’un honneur certain et, même s’il s’agissait sans doute de faux espoirs avec le retrait de Kul Tiras de l’Alliance, il espérait pouvoir ainsi recouvrir les faveurs de ses proches. Il continuerait ainsi pendant les années suivantes de vivre dans sa petite maison de Theramore, en s’absentant régulièrement pour partir pour des affectations de longue durée.

Classées secret défense, il est difficile d’obtenir des informations sur la plupart des missions du SI :7. Toutefois, il semblerait que Tiberius ait majoritairement été employé à maintenir et améliorer les réseaux de communication et de renseignement de l’Alliance sur la plupart des fronts l’ayant vu intervenir. Difficile de dire s’il reçut également des missions plus moralement douteuses, se refusant lui-même à évoquer ces détails. Toujours est-il qu’en l’an 26, il épousa une femme nommée Saleya, qui vint s’installer avec lui à Theramore au retour de l’une de ses missions, sans que personne ne l’ait jamais vu auparavant. Elle lui donna 2 ans plus tard un fils, qu’il baptisa Davis, et qu’elle mit au monde lors de l’une de ses missions, impliquant les terribles événements du Cataclysme, touchant à sa fin à l’époque. Quelques semaines avant sa prochaine permission, Garrosh Hurlenfer, le Chef de Guerre de la Horde, lâcha une manabombe sur la ville. Sa nouvelle famille périt lors de la catastrophe.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Alliance] Tiberius Cleyam

Message  Cleyam le Mer 08 Aoû 2018, 17:00

Les notes de service concernant Tiberius, à la suite de cet événement qui conduisit à une nouvelle escalade de la violence entre la Horde et l’Alliance, font état de son efficacité remarquable au combat lors de la campagne de Pandarie, d’abord parmi les forces d’expédition de l’Amiral Taylor, puis dans les Jungles de Krassarang, puis enfin lors du Siège d’Orgrimmar. Bien qu’il soit difficile d’obtenir un chiffre exact, vu la difficulté à se procurer des rapports rendus publics, il fut responsable de la mort de plusieurs dizaines de représentants de la Horde, lors des deux années de guerre ouverte. Avide de vengeance, il s’impliqua de toutes ses forces dans le conflit, jusqu’à s’être assuré de la chute d’Orgrimmar et de Garrosh aux mains de l’Alliance. Suite à cela, et à sa demande, il se vit accorder plusieurs mois de repos, pour enfin faire son deuil, et remettre de l’ordre dans ses idées.

Il envisagea sérieusement de mettre fin à sa carrière militaire, s’imaginant renouer avec sa passion de jeunesse pour la navigation, et ne fut donc pas impliquer lors des affrontements avec la Horde de Fer. Il réintégra pleinement le SI :7 lors de l’ultime invasion d’Azeroth par la Légion Ardente, qui toucha lourdement le royaume d’Hurlevent, dans lequel il résidait au moment du début des hostilités. Il ne fut pas mobilisé sur le Rivage Brisé, alors mandaté pour débusquer les infiltrateurs démoniaques disséminés sur les terres de l’Alliance, mais eu son lot de batailles, notamment aux côtés de la brigade de Gilnéas, contingent du Roi Grisetête, cherchant à entraver les plans de la nouvelle chef de guerre de la Horde, Sylvanas Coursevent.

Pendant la campagne d’Argus, Tiberius reste sur les Îles Brisées, où il aidera au bon déroulement du rapatriement des troupes de l’Alliance à Hurlevent, une fois qu’il fut avéré que la légion avait été vaincue. Suite à cela, il fut chargé avec bon nombre d’autres agents du SI :7 de surveiller les agissements de la Horde à Orgrimmar, tâche à laquelle il s’attela avec ardeur, bien heureux, bien que refusant de l’avouer, d’avoir une occasion de poursuivre sa vengeance contre la Horde. De fil en aiguille, étant déjà présent en Kalimdor, il fut de ceux qui parvinrent à atteindre Sombrivage dans les temps, pendant la Guerre des Epines. Il fut témoin de la destruction de Teldrassil, et comme d’autres, il essaya d’aider un maximum de civils à se mettre à l’abri. Il ne put en sauver que très peu, et le retour à Hurlevent fut morose.

Pourtant, la détermination de Tiberius Cleyam fut et reste la même. Qu’importe combien sa famille lui manque, combien leur perte le touche : l’Alliance sera à jamais sa famille. Il mourra pour elle. Il tuera pour elle. Jamais plus il ne serait témoin de la chute d’un royaume humain. Il était temps de finir ce pour quoi tant de ses camarades avaient donné leur vie. Il serait de ceux qui mettraient un terme pour de bon à la Horde.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Alliance] Tiberius Cleyam

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum